Jardin de Boboli

Jardin de Boboli

Le premier noyau fut acquis en 1550 par Eleonara di Toledo, de la famille Pitti et épouse de Cosimo I de' Medici. Le projet de disposition du jardin fut entreprit par Niccolò Perricoli, dit le Tribolo; après sa mort en 1555, la direction des travaux fut assumé par David Fortini et successivement, entre 1554 et 1561, par Giorgio Vasari. Le grand espace dit l'Anfiteatro, de forme semi-elliptique, avec lequel se serait intégrée les deux ailes de la cour projetées par Ammannati, fut tiré de la grande carrière de pierre aux pieds de la colline de Belvedere. Après 1574 Francesco I assuma, comme architecte, Bernardo Buontalenti, qui réalisa la Grotta Grande. Les niches de la grotte hébergent les statues de Bacco et Cerere de Baccio Bondinelli.

Au début du XVIIème siècle, durant le règne du grand-duc Cosimo I, le jardin fut agrandit, sous la supervision de Gherardo Mechini e Giulio Parigi, au-delà de l'enceinte construite durant la guerre entre 1612 et 1620. La première composition du jardin eut comme axe idéale la grande allée des cyprès qui conduit à l'impressionnant Bacino dell'Isola, réalisé entre 1612 et 1620 à Giulio Parigi on doit aussi la Vasca dell'Isola, un des endroit plus attrayant du jardin, à l'origine conçut comme espace destiné à la culture d'agrumes et de fleurs. Au centre du bassin se trouvait probablement une statue de Venus, faite remplacée en 1636, par le grand-duc Ferdinando II, par l'Oceano de Giambologna. ça remonte toujours à 1636 la disposition de l'actuelle emplacement de la statue de l'Anbbondanza, commencée par Giambologna et achevée par Pietro Tocca. Au XVIIème siècle la dynastie médicéenne s'éteignit pour laisser place au grand-duché Asburgo-Lorena.

Après une première période d'abandon, sous Pietro Leopoldo de Lorena (1765-!790), furent entrepris de considérables travaux de restauration qui ont intéressé les sculptures, l'architecture, les installations hydriques et la végétation. Le jardin fut aussi équipé de nouveaux édifices, entre autre le Kaffeehaus (1775) et la Limonaia (1777-1778), projeté par Zanobi del Rosso, et el palais de la Meridiana commencé en 1776 par Niccolò Paoletti. Il y eut une nouvelle phase de déchéance durant la domination napoléonienne (1799-1814) et par la suite une tentative d'Elisa Baciocchi de transformer Boboli en un jardin à l'anglaise, projet jamais mené à termes. Avec la restauration lorraine Boboli reprit son aspect formel qu'il avait dés sa création. En 1834, sous Leopoldo II, le jardin subit la destruction des labyrinthes pour l'ouverture d'une allée carrossable, ce fut un projet de Pascuale Paccianti. Au cours de ce siècle le jardin a été le décor de célèbres spectacle en plein air.